Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Evenements scientifiques > Manifestations

Colloque Culture du vin en méditerranée. Représentations, savoirs, enjeux

17-20 octobre 2012 - 9h00 - Université de Corse Pasquale Paoli - Campus Mariani, Corte

Dans les sociétés méditerranéennes archaïques, l’invention de la vigne et du vin était considérée comme un facteur de civilisation aussi important que la culture du blé et de l’olivier. Mais les effets du vin sont ambigus, comme le sont aussi Dionysos et Bacchus, dieux bienfaiteurs ou justiciers, liés à l’origine des spectacles et aux sacrifices orgiaques, associés à l’inspiration poétique ou prophétique, admis au banquet des philosophes et toujours escortés de satyres ivres qui ont le don de vérité. Le rapport au vin n’est jamais neutre, et dans les temps modernes les vertus et les risques qu’il véhicule comportent encore une fonction symbolique forte. Et la viticulture peut avoir des implications politiques, comme en témoignent la révolte des vignerons languedociens de 1907, l’occupation de la cave d’Aleria par les autonomistes corses en 1975, ou le conflit actuel à propos des droits de plantation. D’un point de vue socioculturel, le développement actuel des études sur le goût et la multiplication d’actions menées par des associations, des entreprises et des collectivités locales pour articuler l’art et le vin (expositions de peinture dans des caves privées, mécénat, commandes d’étiquettes de vin à des artistes renommés, artistes réhabilitant des cépages traditionnels, etc.) est un signe de sa puissance de renouvellement. L’art du vin, paradigme d’une esthétique des mélanges, comporte aussi, et plus que jamais aujourd’hui, une dimension éthique. La création en Italie d’une Université des Sciences Gastronomiques, déterminée par une nouvelle éthique du bien manger et du bien boire, a été un sursaut mémoriel en réponse à l’oubli provoqué par les habitudes alimentaires modernes.
En jouant sur la polysémie du mot « culture », ce colloque interdisciplinaire propose de prendre la mesure des enjeux en interrogeant conjointement le statut culturel et social de la vigne et du vin, et la diversité des pratiques et des modes de représentations qui leur sont associés depuis l’Antiquité. Afin de renouveler dans une perspective comparative le dialogue entre le passé et le présent dans les cultures méditerranéennes, cette rencontre réunira des littéraires, des historiens, des philosophes, des anthropologues, des linguistes, des économistes, des spécialistes en communication, des politologues, des sociologues, des plasticiens et des professionnels de la viticulture insulaire et méditerranéenne (Corse, Crète, Sicile, Toscane).

L’accueil des invités extérieurs sera marqué par une session d’ouverture (une demi-journée) consacrée à l’œnologie comme art des mélanges. Des viticulteurs venus d’autres îles de Méditerranée viendront parler de la spécificité de leurs modes de fabrication et confronter leurs expériences et leurs traditions avec celles des viticulteurs corses.
Les échanges s’articuleront ensuite autour de trois thématiques cohérentes couvrant un champ géographique et diachronique aussi ouvert que possible, chaque intervenant représentant un champ d’investigation différent. Les deux dernières journées seront partiellement délocalisées à Aleria et Patrimonio, lieux chargés d’histoire et significatifs de l’évolution des représentations de la culture du vin en Corse.

1. Mythes et représentations. La première journée sera consacrée aux origines mythiques de la vigne et du vin et aux systèmes de représentation (iconologiques, littéraires, linguistiques, religieux) caractéristiques de l’espace méditerranéen. On y parlera des dieux antiques, de leur fonction politique et sociale et des images qui leur sont associées, mais aussi des processus de nomination et des configurations symboliques induites par la culture du vin. Une section particulière sera consacrée aux représentations de l’ivresse dans leurs variations satiriques, allégoriques, mystiques. La soirée pourrait se prolonger par une représentation théâtrale.

2. Pratiques, enjeux et mutations. On se déplacera le jour suivant dans la vieille ville d’Aleria, antique colonie grecque et romaine, pour visiter le Musée archéologique. En confrontant traditions et modernité, des archéologues, historiens, économistes et politologues interrogeront les enjeux symboliques et sociaux liés aux pratiques commerciales et aux changements de politique agricole à divers moments de l’histoire.

3. L’art et le vin. La journée de clôture sera partagée entre Corte et Patrimonio. Le matin, une table-ronde associera des artistes plasticiens corses et italiens qui échangeront leurs points de vue sur les rapports entre l’art et le vin et le rôle joué par les traditions viticoles dans la pratique de leur art. On se rendra ensuite à Patrimonio où la cave Orenga de Gaffory proposera un buffet-dégustation et une exposition de peintures et d’étiquettes de vin. Ce retour à la dimension artistique de la culture du vin sera l’occasion de s’interroger sur la fonction des arts et des savoirs traditionnels dans les civilisations méditerranéennes, et sur le rôle que leur articulation peut encore jouer dans le monde.

17-20 octobre 2012 - Corti, Université de Corse Pasquale Paoli - Campus Mariani, Aleria et Patrimoniu (visites guidées, dégustations)