Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Evenements scientifiques > Séminaires

Conférence : Mesurer le changement politique en Corse – André FAZI

Présentation du cycle de conférences

L’économie corse et son développement en débat
Université de Corse - Laboratoire Lieux, Identités, eSpaces et Activités UMR CNRS 6240 LISA

  • Contexte

Forts du succès rencontré par le cycle de conférences proposé lors du dernier appel à projet du CSTI en 2013, les chercheurs de l’UMR CNRS LISA de l’université de Corse souhaitent poursuivre cette expérience en proposant un nouveau cycle de conférences.
Crise économique, tourisme, environnement, foncier, mondialisation sont autant de sujets qui touchent la population insulaire dans son quotidien et qui suscitent de nombreuses interrogations. Afin de donner un éclairage scientifique mais vulgarisé et de tenter d’apporter des réponses, les chercheurs de l’université de Corse partiront à la rencontre des citoyens pour débattre avec eux de ces questions.

  • Enjeux scientifiques et sociétaux

Ce cycle de conférences grand public a pour but d’ouvrir et de favoriser les échanges entre les chercheurs de l’Université de Corse et la société civile sur les questions d’actualité. Il permettra de confronter la vision de chercheurs de différentes disciplines, l’économie, la géographie, le droit ou les sciences politiques aux interrogations de la population corse. Les chercheurs dans un souci de réflexivité attendent beaucoup de ces échanges pour faire évoluer leur approche.

Mesurer le changement politique en Corse

André FAZI

En l’espace d’un demi-siècle, la Corse a connu des changements politiques considérables à de nombreuses échelles : institutions, système de partis, agenda, comportements électoraux, etc. Caractériser et mesurer la portée de ces changements n’a pourtant rien d’aisé. S’il est facile d’y voir l’avènement d’une certaine modernité politique – symbolisée par l’irruption des valeurs post-matérialistes, le développement du pluralisme et de la communication médiatique –, il n’est guère possible de nier la permanence et la solidité de traits ressortissant intimement à la culture politique traditionnelle, tel le clientélisme. Il s’agira donc principalement de préciser la compréhension et la portée de ces changements politiques, en montrant particulièrement combien ils sont le produit de la rencontre, de l’interaction et de l’interpénétration de facteurs endogènes (ex : la mobilisation nationaliste) et exogènes (ex : les modes de scrutin adoptés au niveau étatique).