Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Actualités

Clubs CNRS Jeunes Sciences & Citoyens

Dans le cadre des Clubs CNRS Jeunes Sciences & Citoyens, Alexandra Albertini et Françoise Graziani, enseignantes à l’UMR LISA présenteront deux conférences au Lycée Laetitia Bonaparte

- Jeudi 16 février 2017 à 14h (public : deux classes de term L)

Alexandra Albertini, enseignante à l’Università di Corsica - Pasquale Paoli présentera une conférence intitulée :

L’éternel conflit entre science et croyance

Pourquoi les savoirs sont-ils en conflit depuis des siècles avec les modes de croyance ? En revenant aux définitions fondamentales des sciences et en examinant leur fonctionnement dans l’histoire, on peut dégager des critères qui les opposent régulièrement à la foi religieuse et aux croyances plus ou moins superstitieuses, et des éléments qui en ébauchent leur conciliation.

Ce paradoxe, quel que soit le contexte, est en permanence revisité par des penseurs athées ou religieux, et de toutes confessions, qui essaient de décrire la réalité du monde. Cependant le nouvel univers héliocentrique de Copernic à la Renaissance, même s’il met deux siècles pour être validé par l’ensemble des savants, marque un virage considérable dans l’évolution des rapports entre science et croyance. Il se distancie en effet de la représentation géocentrique et anthropocentrique de la Bible, précipitant les débuts de l’athéisme, et de la déchristianisation progressive de la société occidentale. Les mathématiques et leur application physique tendent depuis régulièrement à prouver un univers hors des lois fondées sur la croyance.

Et pourtant on constate que l’éternel conflit entre science et croyance ne faiblit pas dans l’époque moderne : alors que les sciences progressent dans l’explication du monde, les croyances trouvent un nouveau souffle en ce début de XXIème siècle, à travers un renouveau des religions et une recrudescence des superstitions les plus traditionnelles.

Comment alors comprendre cette persistance des croyances en dépit du progrès scientifique ? Peut-on penser finalement que les croyances peuvent-être aussi un mode privilégié de connaissance du monde ?


- Jeudi 23 mars 2017 à 14h au Lycée Laetitia Bonaparte ( public : 2 classes de term L)

Françoise Graziani, Professeur à l’Università di Corsica - Pasquale Paoli présentera une conférence intitulée :

L’homme et la nature dans le Criticon de Baltasar Graciàn (1651-1657)

La littérature allégorique du Moyen âge, renouvelée en profondeur par l’aristotélisme de la Renaissance, trouve un aboutissement inattendu dans l’œuvre controversée du jésuite espagnol Baltasar Graciàn, qui mêle rhétorique, poétique, politique, philosophie morale et philosophie naturelle en une exceptionnelle synthèse des sciences et des arts dont il nous est d’autant plus difficile de comprendre les enjeux que ce théoricien du “baroque” se joue des malentendus et des contradictions. Sa dernière œuvre, El Criticon, dont il prévient que le titre est fait pour “provoquer des grimaces”, est un roman allégorique qui retrace l’histoire de l’évolution de l’homme depuis les origines, et promène ses héros à travers un espace géographique mondialisé (de Goa et Sainte-Hélène à la Rome baroque en passant par l’Europe des voyageurs, des artistes et des collectionneurs) sur fond de rivalités impérialistes et de guerres de religion. Sous une apparence très conventionnelle et qui aura une longue postérité, les deux personnages principaux représentent l’homme sauvage des origines (Andrenio) et l’honnête homme perfectionné par la culture (Critilo), dont la rencontre sur une île déserte scelle une amitié spontanée dont la constance est le signe d’une triple évolution : génétique, intellectuelle et morale. Mais les leçons de cette somme de savoirs et de doutes sont loin d’être aussi conventionnelles qu’il y paraît, car la casuistique jésuite et les équivoques du langage perturbent sans cesse l’apparente linéarité d’un parcours qui est d’abord un discours, comme l’auteur le souligne d’emblée dans son avertissement au lecteur avec lequel il instaure un dialogue qui a pour fin de le désabuser des illusions du monde pour le conduire à mieux voir, c’est-à-dire apprendre à connaître et à discerner les rapports entre des “personnes”, des “choses”, des lieux, des pensées et des actes.

En savoir plus sur les Clubs CNRS Sciences & Citoyens

Agenda

Évènement divers

  • Jeudi 16 février 14:00-15:30 -

    Clubs CNRS Jeunes Sciences & Citoyens

  • Jeudi 23 mars 14:00-17:00 -

    Clubs CNRS Jeunes Sciences & Citoyens

Ajouter un événement iCal