Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Actualités

Séminaires UMR LISA / Service des Relations...

"La mimésis comme art du passage"

Maria Stella Barberi et Giovanni Lombardo, tous deux professeurs à l’Université de Messine, ont occupé la Chaire Esprit Méditerranéen-Paul Valéry en 2014 et 2015. Ils reviennent cet automne dans le cadre des conventions d’échange d’enseignants-chercheurs ERASMUS PLUS, pour un séminaire interdisciplinaire coordonné autour de la notion de Passage. Ce séminaire inaugure dans l’axe 1 ICPP une réflexion commune sur ce qui fait passage entre les langues, entre les disciplines, entre les époques, entre les civilisations et entre les arts.

Mardi 19 septembre à 10h30 (salle B1 001)

Giovanni Lombardo, philologue et poéticien, spécialiste d’histoire de la rhétorique et des relations entre les arts de l’Antiquité à la Renaissance, est régulièrement invité dans diverses institutions européennes. Ses publications articulent antiquité et modernité dans une perspective comparative et interdisciplinaire. Traducteur et interprète des grands textes fondateurs de l’esthétique grecque, il s’intéresse à la poétique, à l’intertextualité et à tout ce qui fait de la littérature un espace de translation. Il a notamment traduit en italien les Fragments du Narcisse de Paul Valéry.

La métamorphose chez Dante : un art de la transformation

Bien qu’ayant choisi Virgile pour le guider dans sa traversée des Enfers, Dante se compare à Ovide pour son art de décrire les métamorphoses. Mais l’étude présentée ici par G. Lombardo ne se limite pas aux descriptions : il analyse l’ensemble de la composition du poème de Dante comme un lieu de transformation (métamorphosis), de conversion (métanoia), de déplacement allégorique (métaphora), de réécriture (métaphrasis) et de voyage (métabasis), et examine toutes les fonctions poétiques du passage, jusqu’au trasumanar qui ouvre les portes du Paradis.

Jeudi 21 septembre à 14h (salle AL 104)

Maria Stella Barberi, membre du Comité directeur de l’Association internationale d’études sur la théorie mimétique COVER (Colloquium on violence and religion) et du Centre Européen de Recherches sur Mythe et Symbole (Centro Europeo su Mito e Simbolo), est reconnue internationalement pour ses travaux sur la théologie politique, qui associent dans une perspective interdisciplinaire la philosophie, l’anthropologie et la symbolique. Elle analyse la complexité des rapports entre violence et société dans le prolongement des théories de René Girard, qu’elle a traduit en italien et avec lequel elle a réalisé plusieurs entretiens.

De La vie est un songe de Calderon à La Tour d’Hofmannsthal : l’impasse de la représentation sacrificielle

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) est l’auteur des principaux livrets composés pour les opéras de Richard Strauss et fut un des fondateurs du festival de Salzbourg. Il se considérait comme l’héritier d’une tradition européenne en tant que Viennois, puisque la capitale autrichienne avait longtemps été un confluent réunissant les cultures allemande, espagnole, italienne, et était encore avant l’avènement du fascisme un centre intellectuel très actif pour maintenir vivante cette synthèse. La Tour, adaptation actualisée de La vie est un songe de Calderon, est sa dernière œuvre, laissée inachevée en 1929 et dont il existe plusieurs versions à l’interprétation controversée.