Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Projets de recherche > Territoires, Ressources, Acteurs (TerRA)

Axe 3 : Prévention des risques liés à la spécialisation des espaces périphériques insulaires

Ressources humaines permanentes de l’axe :
Responsable : DETOTTO Claudio (Maitre de conférences – section 05)
Ingénieur référent : CASABIANCA Anne

BELGODERE Antoine (Maitre de conférences – section 05)
CASABIANCA Anne (Ingénieure de recherche en analyse et traitement des bases de données CNRS)
MAUPERTUIS Marie-Antoinette (Professeur de Science Économique à l’Université de Corse, Directrice de l’UMR CNRS 6240 LISA - section 05),
OBERTI Pascal (Maitre de Conférences, section 05),
PRUNETTI Dominique (Maitre de Conférences HDR - section 05),
ROMANI Paul-Marie (Professeur de Science Économique à l’Université de Corse, Président de l’Université de Corse Pasquale Paoli - section 05)
BEAUMAIS Olivier (Professeur des Universités à l’Université de Rouen - section 05).

Mots-clés : environnement, vulnérabilité, systèmes d’information géographique, systèmes multi-agents, ressources halieutiques, occupation de l’espace, gestion des déchets, stratégies des acteurs, pratiques de gestion responsable.

Si les ressources culturelles et patrimoniales peuvent être considérées comme des opportunités de différenciation et de compétitivité territoriale, elles ne sont pas indissociables de risques de surexploitation lorsqu’elles sont mobilisées dans un contexte de spécialisation touristique. Par ailleurs, ces ressources sont particulièrement fragiles en milieu insulaire. C’est pourquoi les chercheurs réunis au sein de l’axe 3, " Prévention des risques liés à la spécialisation des espaces périphériques insulaires " de l’équipe TerRA s’interrogent sur les moyens de mesurer et de corriger les impacts induits par une spécialisation basée sur la valorisation de ces ressources, notamment en termes d’externalités environnementales (pollution, déchets, bruit, encombrement par exemple) et d’impacts sociaux (par exemple, le développement d’activités criminelles ou la saisonnalité et la nature peu qualifiée des emplois offerts). Les dispositifs envisagés dans les cadres des travaux des chercheurs de l’axe pour rendre une trajectoire assise sur ce type de spécialisation soutenable sont basées sur des incitations qui peuvent prendre des formes variées : normes, incitations pécuniaires mais également passer par des instruments informationnels.

Bien que cet axe soit majoritairement composé d’économistes, des approches volontairement interdisciplinaires sont utilisées en recherchant des complémentarités entre les méthodes utilisées en Science Economique et dans d’autres champs disciplinaires tels que la géographie, l’aménagement du territoire ou la sociologie par exemple. Les thématiques abordées relèvent de la gestion des ressources naturelles, autour de questions liées notamment à l’utilisation des ressources foncières ou à la consommation énergétique, et de l’économie de l’environnement, autour de problématiques telles que la gestion des déchets ou la prévention et la lutte contre les incendies, mais également de l’économie du droit à travers, par exemple, l’évaluation des liens entre spécialisation touristique et activité criminelle.