Lieux, Identités, eSpaces et Activités


Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Evenements scientifiques > Séminaires

Séminaire "Caractéristiques et comportements des firmes exportatrices"

Dans le cadre du cycle de séminaires TerRA, Justinien Razafindravaosolonirina, post-doctorant en économie, animera un séminaire le jeudi 21 février 2019 à 12h30 en salle DECA 004, UFR Droit, sur le thème « Caractéristiques et comportements des firmes exportatrices : le cas des économies de l’Océan Indien ».

Résumé
Cet article étudie les caractéristiques et les comportements des firmes exportatrices au niveau des économies de l’océan Indien. A partir de deux bases de données issues de la Banque mondiale, Enterprise Survey et Exporter Dynamic Database, nous voyons que des divergences mais aussi des points communs apparaissent entre les pays de la zone regroupés autour de trois régions participant aux Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) : l’Afrique orientale et australe (Madagascar, Maurice, Zimbabwe), la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et la Communauté d’Afrique de l’est (CAE). Nous constatons que les délais de dédouanement (exportations et importations) sont relativement proches au sein de la SADC mais surtout moins longs par rapport aux pays d’AOA et de la CAE. De plus, les firmes exportatrices de la CAE identifient majoritairement la réglementation douanière et commerciale de leurs pays comme une contrainte majeure dans les affaires. Celles-ci affichent le taux de mécontentement le plus élevé contrairement aux autres économies de la zone même si des disparités subsistent entre elles. Par ailleurs, les principales économies africaines, à savoir l’Afrique du sud, le Kenya et Maurice, admettent le nombre le plus élevé d’exportateur par rapport aux autres pays de la zone avec des dynamiques différentes. Au niveau de la structure des exportations, l’on constate qu’il y a une relative diversification des exportations au niveau des partenaires commerciaux quelle que soit la région étudiée. Enfin, le nombre d’exportateur originaire d’AOA à destination de La Réunion et de Mayotte est de loin le plus important par rapport aux pays de la CAE et de la SADC avec toutefois des taux d’entrée et de sortie de firmes exportatrices relativement proches. Ces résultats confirment donc une intégration commerciale à deux vitesses dans cet espace régional, avec d’un côté une dynamique autour de Maurice-Madagascar-La Réunion-Mayotte, et de l’autre côté une atonie des relations commerciales avec les pays africains continentaux malgré la présence de puissances régionales comme l’Afrique du sud et le Kenya. Alors que l’environnement des affaires semble être plus propice au sein des pays d’Afrique australe par rapport aux autres régions, de nouvelles opportunités commerciales sont présentes pour les firmes exportatrices de la zone avec ces derniers. Par conséquent, des politiques d’accompagnement à l’exportation doivent davantage cibler ces économies en cherchant à se positionner durablement sur les marchés africains continentaux, particulièrement pour La Réunion et Mayotte. A côté de cela, la libéralisation commerciale réciproque prévue dans les APE facilitera grandement l’accès à ces marchés dans les prochaines années.

Agenda

Ajouter un événement iCal